Aller au contenu principal

Strade Bianche : Un collectif ambitieux, avec Meurisse, Vliegen, Doubey et Hermans

Strade Bianche : Un collectif ambitieux, avec Meurisse, Vliegen, Doubey et Hermans

Les Strade Bianche (1.WT, 1/08) ouvriront ce samedi le deuxième chapitre de la saison cycliste 2020. La classique italienne, premier événement du World Tour annulé en mars, est devenue mythique en quelques années par son tracé sillonnant les vignobles toscans sur des routes non-asphaltées. Pour la première fois de son histoire, la formation Circus-Wanty Gobert-Tormans s’alignera sur les classiques italiennes organisées par RCS, avec les Strade Bianche ce samedi en prélude de Milan-Turin (5/08), Milan-San Remo (8/08), GranPiemonte (12/08) et Il Lombardia (15/08). 

L’équipe belge a opté un effectif combinant grimpeurs et coureurs de classiques pour attaquer les 184 kilomètres et près de 3000 mètres de dénivelé autour de Sienne (Italie). Au départ, sous le cagnard italien annoncé ce samedi, le noyau dirigé par Hilaire Van der Schueren et Steven De Neef est composé des Belges Xandro Meurisse, Loïc Vliegen, Quinten Hermans, Timothy Dupont, Pieter Vanspeybrouck, du Français Fabien Doubey et du Néerlandais Corné Van Kessel qui remplace son compatriote Maurits Lammertink, qui a chuté ce jeudi lors de la reconnaissance. 

Xandro Meurisse :
« Je reviens en terrain connu, puisque nous avions effectué le déplacement avant l’annulation en mars. Mais cette fois-ci, nous pourrons heureusement courir ! J’ai remarqué lors de la reconnaissance de ce jeudi que le terrain est plus sec encore qu’en mars. Au printemps, le sous-sol est encore humide et plus solide. Ici, ce sera beaucoup plus poussiéreux et glissant. »

« Je suis impatient de reprendre la compétition, car cette période sans course fut très longue. J’ai toujours gardé la foi, en continuant à m’entraîner et en donnant un coup d’accélérateur en juillet avec un stage individuel dans les Vosges puis un camp d’entraînement collectif dans les Ardennes. »

« Je m’attends à un peloton très nerveux et motivé, avec certains garçons très bien préparés. Ca risque de faire la course dès le départ, sans une échappée matinale fleuve. Vu la chaleur annoncée à près de 40 degrés, il faudra rester bien hydraté sans se découvrir trop tôt au risque de payer ses efforts. Il faudra aussi éviter les chutes et les ennuis mécaniques, mais nous disposons d’un collectif fort donc je suis confiant pour décrocher ensemble un bon résultat. » 

Quinten Hermans : 
« Je suis impatient de disputer ma première épreuve sous les couleurs de Circus-Wanty Gobert-Tormans. Les Strade Bianche offrent un parcours spécial, typique pour les cyclo-crossmen. Mais comme je dispute la saison de cross jusque fin février, elles ne s’intégraient normalement pas à mon programme. Donc je suis heureux de pouvoir y trouver ma place dans ce calendrier remodelé. »

« C’est forcément spécial pour moi de découvrir une première épreuve World Tour et d’épingler un premier dossard sur ce maillot Circus-Wanty Gobert-Tormans. Les choses sérieuses peuvent commencer ! Mais cette reprise sera spéciale pour tout le peloton. La chaleur a rendu le terrain très poussiéreux et glissant, on l’a vu hier avec la chute de Maurits. C’est sans doute à l’avantage des cyclo-crossmen comme moi, car on peut perdre mais aussi gagner beaucoup de temps dans les sections non-asphaltés. Mais j’espère surtout bien m’acclimater à la chaleur, car j’ai pas mal souffert lors des deux premières sorties à vélo dans ce cagnard. On risque d’assister à une course d’usure. »

Loïc Vliegen :
« Je connais l’épreuve pour l’avoir disputée en 2018. Mais les circonstances étaient bien différentes, avec de la pluie et un parcours boueux. Entre la reconnaissance de mars et celle de ce jeudi, le terrain a encore fortement changé. Le pilotage sera complètement différent, avec des secteurs très secs et glissants. Mais je me sens prêt à attaquer ces Strade Bianche après un bon stage en altitude à Livigno puis un stage collectif où j’ai vu que j’avais de bonnes sensations. »

« Je commence à bien m’acclimater à la chaleur, même s’il est toujours plus compliqué de récupérer après un effort. La météo sera la même pour tout le monde. Il ne faudra pas se découvrir trop tôt, tout en restant toujours bien positionné afin de pouvoir choisir sa trajectoire dans les sections de gravel et ne pas partir à la faute. J’espère être capable de jouer la finale avec les favoris et de décrocher le meilleur résultat possible, mais personne n’a de repère face à la concurrence. Il faudra aussi bien gérer la chaleur, le pilotage, éviter les chutes, … »