Aller au contenu principal

Milan-San Remo - Vliegen et De Gendt colorent le final

Milan-San Remo - Vliegen et De Gendt colorent le final

Le peloton s’attaquait ce samedi à la plus longue classique de l’année, la Classicissima. Milan-San Remo (1.WT, 8/08) proposait le parcours le plus long de ses 111 éditions, avec 305 kilomètres de course précédés de 10 bornes de fictif. Une échappée de sept hommes a ouvert la route à travers le Piémont, le peloton ne retrouvant la côte qu’à Imperia pour le tracé habituel pour les ascensions de la Cipressa puis du Poggio.

Le début de course s’est déroulé sous la chaleur, le peloton accélérant vraiment à l’approche de la côte méditerranéenne. Danny Van Poppel est malheureusement tombé peu avant le pied de la Cipressa, heureusement sans lourde conséquence mais il pouvait renoncer à toutes ses ambitions. Loïc Vliegen a ensuite ouvert la course dès le pied de la Cipressa, mais il n’a été accompagné que par Giacoppo Mosca. Ils ont été repris, juste avant de basculer vers la côte pour escalader le Poggio.

Le pied de l’ultime ascension fut très rapide, mais Aimé De Gendt s’est encore détaché avec Giacoppo Mosca. Le Belge ne fut revu que dans les derniers hectomètres de l’ascension par l’attaque de Julian Alaphilippe et Wout Van Aert. De Gendt a encore pu s’accrocher au peloton, et coupe la ligne en 21e position à San Remo. 

Loïc Vliegen :
« Je me sens très bien, et je l’ai peut-être montré un peu trop tôt. Avec six coureurs par équipes, je pensais que d’autres oseraient attaquer et qu’on formerait un petit groupe dans la Cipressa. Malheureusement, nous n’étions qu’à deux et nous avons été repris au sommet. Je suis très content de ma découverte de ce monument, et je veux revenir l’an prochain fort de cette expérience sur 300 kilomètres pour faire mieux encore, et attaquer cette fois sur le Poggio. »

Aimé De Gendt :
« Au début de course, je ne me sentais pas très bien. Mais au fil des kilomètres, mes sensations se sont améliorées. Après 220 kilomètres, j’avais l’impression de n’avoir pédalé que 50 bornes. Je voulais tenter ma chance sur le Poggio pour mettre Pasqualon dans un fauteuil. C’était tout ou rien. Une fois à l’avant, j’ai roulé au tempo mais je voulais encore accélérer à la sortie des épingles à cheveux. Malheureusement, Alaphilippe et Van Aert m’ont remonté et distancé. Je devais ensuite me battre pour rester dans le premier groupe. »

« Je suis très content de mon premier Milan-San Remo, seul le sprint ne s’est pas déroulé comme prévu. J’ai lancé à gauche de la route, mais Arnaud Démare m’a poussé dans les barrières. C’est dommage, car j’aurais peut-être pu glisser dans le top 10-15. Mais avec cette 21e place, le résultat est meilleur qu’espéré au départ. »

Hilaire Van der Schueren :
« Malgré la chute de Danny Van Poppel, nous avons roulé la course parfaite. Juste avant sa chute au pied de la Cipressa, il avait dit qu’il se sentait bien. Ensuite, Loïc Vliegen et Aimé De Gendt ont encore animé la course, dans la Cipressa puis le Poggio, et nous terminons 21e. » 

« Notre préparation avec deux gros stages collectifs en juillet a porté ses fruits. Nous avons aussi fait des sorties de sept heures pour préparer cette échéance. Si nous restons épargnés par la malchance, nous sommes prêts à briller lors des prochaines semaines. »

Milano-San Remo:
1.Wout Van Aert
2.Julian Alaphilippe
3.Michael Matthews
21.Aimé De Gendt +0:02
34.Xandro Meurisse +0:36
41.Jan Bakelants +1:24
42.Andrea Pasqualon
48.Loïc Vliegen +1:57
132.Danny Van Poppel +15:05